Beaupréau. Le cinéma associatif entre en résistance et déploie son arsenal

photo en familles et entre amis, on découvre les arcanes secrets de la projection d'un film, à l'étage, au-dessus de la belle salle qui accueille 150 places. © ouest-france

En familles et entre amis, on découvre les arcanes secrets de la projection d’un film, à l’étage, au-dessus de la belle salle qui accueille 150 places.© Ouest-France

Pour faire face à l’arrivée programmée dans deux ans du Cinéville, les bénévoles cinéphiles de l’association Jeanne-d’Arc veulent proposer un autre cinéma.

L’arrivée du Cinéville dans deux ans devrait booster encore un peu plus le dynamisme territorial de Beaupréau-en-Mauges, une commune du Maine-et-Loire, au nord-ouest de Cholet.

Mais ce vaste projet de cinq salles ne va-t-il pas enterrer le cinéma associatif Jeanne-d’Arc et sa salle unique ? L’association présidée par Marié-Cécile Grimaud est inquiète mais ne baisse pas les bras. Au contraire même, les 60 bénévoles sont remontés comme des pendules et se coordonnent en commissions pour proposer un cinéma différent.

Montrer les atouts de la salle

Samedi 21 avril, Jeanne-d’Arc ouvrait ses portes au grand public. Une grande première depuis sa rénovation et réouverture en juin 2005. « Nous pensons qu’il y a beaucoup de gens, en particuliers les nouveaux arrivants à Beaupréau-en-Mauges, qui ne nous connaissent pas. Je crois que la signalétique dans les rues pourrait s’améliorer », commente en substance la présidente avec le trésorier Jean-Marc Viaud.

La porte-ouverte a permis, entre autres, de montrer les atouts de la salle qui est équipée des dernières technologies en matière de projection et de son, y compris pour les malentendants. Le confort des sièges est aujourd’hui sans égal. Enfin, le cinéma est accessible aux personnes à mobilité réduite. Rappelons enfin qu’elle est climatisée.

« Nous sommes beaucoup moins chers »

L’association tient avant tout à rester indépendante. « Nous continuerons à vivre à partir de programmations différentes, tout en conservant les films destinés au grand public. Nous sommes beaucoup moins chers, dans une fourchette située entre 3 et 5,50 €. »

https://angers.maville.com/actu/actudet_-beaupreau.-le-cinema-associatif-entre-en-resistance-et-deploie-son-arsenal_9-3433066_actu.Htm

Publicités

Tournage d’un court métrage à Angers les 3 et 4 mai 2018

Lucile Gautier, lycéenne à Angers a gagné lors de la 30e édition du Festival Premiers Plans en janvier dernier le 1er prix du concours de scénarimage (storyboard) organisé par Premiers Plans et Angers Loire Métropole. Grâce à son prix, elle est en mesure de tourner son court métrage jeudi 3 et vendredi 4 mai avec l’aide de professionnels du cinéma.

Le concours était ouvert à tous les amoureux de cinéma d’Angers Loire Métropole. Les participants avaient jusqu’au 3 janvier 2018 pour envoyer leurs planches. Ils devaient inventer des personnages et des actions se déroulant dans leur commune sur le thème « Famille, je vous… » et réaliser un scénarimage pouvant devenir un film de 3 à 5 minutes.

Des scénarimages venus de 8 communes d’Angers Loire Métropole avaient été reçus. Premiers Plans avait alors choisi d’aider à la réalisation le projet d’Angers : Famille, je vous choisis de Lucile Gautier, l’histoire de deux enfants s’inventant des histoires pendant que leurs parents se disputent…

Julien Bossé, réalisateur et Charlie Senecaut, ingénieur du son, accompagnent Lucile Gautier pour le tournage. Les deux enfants sont interprétés par Marius et Gaston Simon. Lucile, du lycée Auguste et Jean Renoir d’Angers, a déjà tourné quelques films dans le cadre de son option cinéma, mais ce sera pour elle une première de tourner dans ces conditions privilégiées.

Le court métrage sera dévoilé au public fin août aux 400 coups, dans le cadre des Ateliers d’Angers.

A noter, la 4e édition du concours sera lancée à l’automne.

Contacts

Véronique Charrat –veronique.charrat@premiersplans.org 06 83 50 71 66

Lucile Gautier –lucile.g2001@laposte.net 07 83 87 81 71

Chalonnes. Yves Perdriau présente son film à Saint-Laurent-de-la-Plaine

Yves Perdriau, vice-président de l’atelier « Le 3e Œil-Angers ».

Yves Perdriau, vice-président de l’atelier « Le 3e Œil-Angers ».

Yves Perdriau, réalisateur chalonnais bien connu, a été invité pour animer le lancement de la saison culturelle au musée des métiers de Saint-Laurent-de-la-Plaine dimanche 4 mars prochain à 15 heures dans la salle de théâtre de St Laurent. On y projettera son film « Rupture », un docu-fiction qu’il a tourné à Saint-Laurent dans la tranchée reconstituée au musée, mais aussi, à La Pommeraye, à Chalonnes, en Mayenne et ailleurs, pour reconstituer, au travers de la lettre qu’écrit une jeune femme à son poilu de fïancé, le quotidien d’un village qui, en l’absence des jeunes mobilisés au front, s’organise pour réaliser, vaille que vaille, les travaux afin de maintenir l’activité vivrière.

« Ce film a nécessité une centaine d’heures de travail de préparation, tournage et montage. Il a été réalisé avec le concours de nombreux acteurs, figurants et techniciens bénévoles de la région proche des lieux de tournage et a obtenu une récompense au concours régional FFCV (Fédération Française de Cinéma et de Vidéo) en avril 2017. » se satisfait Yves Perdriau…

http://www.courrierdelouest.fr/actualite/chalonnes-yves-perdriau-presente-son-film-a-st-laurent-de-la-plaine-01-03-2018-351394

Cholet. Le réalisateur Jean-Pierre Améris pour Adaptations

Le 6e festival dédié aux romans adaptés au cinéma a lieu du vendredi 30 mars au dimanche 8 avril. Une avant-première ouvre ce temps fort à Cinémovida.

Le festival de cinéma Adaptations, proposé par l’association nouvellement rebaptisée Aux films de la Moine, fait la part belle aux romans adaptés sur grand écran. Cette 6e édition aura lieu du vendredi 30 mars au dimanche 8 avril.

Pour ouvrir le festival, le réalisateur Jean-Pierre Améris présentera, en avant-première, son nouveau long-métrage Je vais mieux, d’après le roman éponyme de David Foenkinos. La comédie, avec Éric Elmosnino, Ary Abittan et Judith El Zein, raconte l’histoire d’un quinquagénaire victime d’un mal de dos fulgurant. Il doit changer quelque chose dans sa vie.

…. Il pourrait s’agir d’un acte désespéré, commis sur la voie publique dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 février à La Tessoualle (Maine-et-Loire).

Jean-Pierre Améris a réalisé plusieurs films, dont le remarqué Les Émotifs anonymes, ou encore l’adaptation d’un grand roman de Victor Hugo, L’homme qui rit. Il sera présent dans la salle le jour de l’ouverture du festival.

Vendredi 30 mars, à 20 h, au Cinémovida.

Tarif unique 4 €. Rencontre avec le réalisateur.

#MaintenantOnAgit – Emmanuelle Devos et Tonie Marshall – France Inter

Emmanuelle Devos et Tonie Marshall, actrices, sont les invitées d’Hélène Fily à 7h50 le 1er Mars sur France Inter

La Fondation des femmes s’associe à des actrices pour soutenir des associations d’aide aux victimes de violences sexuelles. Pour promouvoir ce mouvement a été lancée ce mardi l’opération

#MaintenantOnAgit.

Ces actrices et réalisatrices, ces personnalités présentes dans les médias, cherchent à utiliser leur notoriété pour faire entendre toutes les autres femmes. Dans le cinéma, raconte Emmanuelle Devos, ce n’est pas tant les actrices qui sont visées par des faits de harcèlement sexuel, que des assistantes, des maquilleuses, des stylistes… Toutes ces personnes qui œuvrent précieusement en coulisses et pour qui il est plus difficile de se faire entendre.

La Semaine du cinéma en langue espagnole au 400 coups

du mercredi 21 au mardi 27 mars 2018

La semaine de cinéma de langue espagnole est de retour à partir de ce mercredi 22 mars, pour sa 27e édition.

Sept jours pour découvrir des films argentins, chiliens ou encore mexicains.

Isabelle Bernier (membre de l’association Cinéma Parlant) recommande quelques titres  » le long-métrage espagnol Fronteras dont le thème des migrants est dans notre actualité ; Rafa, un adolescent espagnol, rencontre Ibrahim, un jeune Marocain en situation illégale qui risque d’être expulsé d’Espagne, La Madre sur l’adolescence  »

COCO de Lee Unkrich & Adrian Molina

COCO

Lee Unkrich & Adrian Molina

MALA JUNTA de Claudia Huaiquimilla

MALA JUNTA

Claudia Huaiquimilla

LA MADRE de Alberto Morais

LA MADRE

Alberto Morais

RARA de Pepa San Martín

RARA

Pepa San Martín

CHAVELA VARGAS de Catherine Gund & Daresha Kyi

CHAVELA VARGAS

Catherine Gund & Daresha Kyi

KÓBLIC de Sebastián Borensztein

KÓBLIC

Sebastián Borensztein

CITOYEN D'HONNEUR de Mariano Cohn & Gastón Duprat

CITOYEN D’HONNEUR

Mariano Cohn & Gastón Duprat

QUE DIOS NOS PERDONE de Rodrigo Sorogoyen

QUE DIOS NOS PERDONE

Rodrigo Sorogoyen

LES DOLLARS DES SABLES de Israel Cárdenas & Laura Amelia Guzmán

LES DOLLARS DES SABLES

Israel Cárdenas & Laura Amelia Guzmán

VIVRE VITE de Carlos Saura

VIVRE VITE

Carlos Saura

LE BOUTON DE NACRE de Patricio Guzmán

LE BOUTON DE NACRE

Patricio Guzmán

PATAGONIA, EL INVIERNO de Emiliano Torres

PATAGONIA, EL INVIERNO

Emiliano Torres

LE MÉDECIN DE FAMILLE de Lucia Puenzo

LE MÉDECIN DE FAMILLE

Lucia Puenzo

MARIANA de Marcela Said

MARIANA

Marcela Said

Hector Faver présente Lesa Humanitat à l’Institut Municipal

Projection commentée par le réalisateur Hector Faver de Lesa Humanitat à l’Institut Municipal d’Angers le 20 mars 2018 à 18.00.

LESA HUMANITAT (CONTRE L’HUMANITÉ) est un documentaire à but non lucratif sur la mémoire historique et la justice universelle, montrant la lutte de différentes organisations en Espagne. LESA HUMANITAT donne la parole et de la visibilité aux victimes du régime de Franco, pour recueillir leurs témoignages, pour mettre fin à l’indifférence d’une partie importante de la société et pour restaurer leur droit à la mémoire et à la justice. Ce sont les objectifs du projet documentaire.

LESA HUMANITAT, un documentaire à but non lucratif sur la mémoire historique et la justice universelle.

Que se passe-t-il lorsque les droits de l’homme sont continuellement et systématiquement violés et que ces crimes de génocide ont eu lieu récemment?

Et si, de plus, il y a des lois encadrées dans un cadre démocratique qui protège l’impunité et exonère les criminels du génocide?

La compétence universelle peut constituer une grande incitation qui peut déclencher et promouvoir des décisions judiciaires qui assureront la réparation des victimes qui ont souffert d’un manque de protection et de leur liberté en tant qu’être humain.

Une démocratie a-t-elle un sens lorsqu’elle fait fi de son passé dictatorial ?

Cette projection commentée fait partie des événements de la Semaine du cinéma en langue espagnole organisée par l’association angevine Cinéma Parlant du 21 au 27 mars 2018

 

 

Cinéma. Plus de 200 jours de tournage en Pays de la Loire en 2017

Le Bureau d’accueil des tournages, relié au conseil régional, et charger d’épauler la création cinématographique dans la région, dresse le bilan de l’année écoulée, notamment marquée par le tournage de 17 fictions (longs métrages, téléfilms, websérie et courts métrages), dans les cinq départements.

Le Bureau d’accueil des tournages, émanation du conseil régional, qualifie de « très positif » le bilan de l’année 2017. Il recense « 17 tournages de fiction (longs métrages, téléfilms, websérie et courts métrages), des retombées économiques directes évaluées à près de 3 millions d’euros, plus de 200 jours de tournages sur le territoire », de même que la « valorisation de la filière audiovisuelle régionale avec des acteurs et des techniciens locaux sur des projets d’envergure nationale. »

suite >

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/cinema-plus-de-200-jours-de-tournage-en-pays-de-la-loire-en-2017-5591233